ERKM – Présentation

de la pratique à la théorie…
Le krav maga est un art de combat

Nous ne sommes pas un club, nous sommes une école.
Notre discipline n'est pas un art martial et n'est pas qu'un sport de combat. Au 50ième élève les inscriptions seront closes.

Nous avons passé des années à s'entraîner dur. Nous avons répété des techniques avec assiduité. Nous nous sommes convaincues comme le fait chaque humain pour se rassurer, pour appartenir à une idée, un concept, que ce que nous faisions était au top. Et puis, nous avons rencontré notre professeur actuel qui nous a mis dans des situations de stress intense et là… Aucune des techniques que nous avions appris n'est sorti… Rien. Nous avons été médiocrissimes. C'est alors que la véritable aventure a commencé : se relever de ses erreurs est pratiquement indispensable au bon travail sur soi. Nous avons d'abord été en colère et puis nous nous sommes blessées à l'intérieur comme à l'extérieur de nous. C'est alors que le processus s'est inversé et nous sommes passé de la pratique à la théorie.
Chaque situation dangereuse est différente, chaque coup donné ou pris est un coup unique. Ce qui signifie qu'une technique ne peut répondre à une multitude de situations. Si je montre une technique à un élève il va reproduire cet ensemble de gestes mais sans savoir s'il se retrouvera dans cette attaque ou pas.
Montrer sa technique équivaudrait à formater un élève dans des gestes qui ne sont pas forcément les siens. Un gros petit ne va pas faire le même geste qu'un maigre grand ! Alors nous avons mis au point un certain nombre de mises en situation afin de voir dans un premier temps ce que chacun fait instinctivement. Le temps d'apprentissage du krav maga doit être court, il nous faut donc faire en sorte que l'élève apprenne rapidement qui il est au combat.
Trop longtemps nous leur avons appris à se défendre insérant cette discipline à la self défense alors que c'est un switch du mental qui passe à l'attaque.
Un bon combattant apprend d'abord à combattre soi. Il doit travailler sur ce qu'il fait instinctivement sans hésitation. Il doit connaître ses points forts et ses points faibles. C'est là que les émotions de son visage s'estompent et deviennent invisibles à l'adversaire. Il peut alors se concentrer sur l'attaque et sur l'attaquant en toute neutralité pour facilement le neutraliser.
Mettre les élèves en situation pour qu'ils sachent ce qu'ils feraient pour qu'ils apprennent qui ils sont. Ils vont se découvrir. Nous avons eu deux sœurs qui se sont présentées à l'école. Les deux étaient très féminines très apprêtées, pas très sportives et encore moins en mode combat. Au bout de deux jours de stage, une des sœurs a voulu s'inscrire au full contact et l'autre à la lutte ! Elles se sont découvertes. Il y a un combattant en chacun de nous il faut juste aller le chercher et nous sommes là pour accompagner les élèves.
Leur faire vivre des difficultés les prépare à toutes éventualités. Celui qui vous attaque dans la rue n'a ni rituel d'art martial ni règle de sport de combat. Il peut très bien mettre une claque très forte, plaquer au sol, pousser violemment, mettre un coup de pied puissant. Chaque élève connaît la sensation de se recevoir une claque, d'être tracter au sol avec rapidité, d'être pousser méchamment, de se recevoir un coup de pied fulgurant parce qu'il l'a déjà vécu avec nous à l'école réaliste de krav maga. La surprise, le choc ont été atténué parce qu'ils connaissent la sensation, la douleur, et ils le gèrent mille fois mieux que s'ils avaient juste appris la technique de défense classique.
Nous voulons savoir ce que les stagiaires peuvent faire et pas ce que nous enseignant nous savons faire. Cela ne leur ai d'aucune utilité et nous serons absents le jour J.
C'est une responsabilité lourde que d'apprendre à un élève d'attaquer pour ne pas devenir une victime. Toutes formations, toutes techniques, toutes positions erronés le mènera dans un danger certain.
Nous préférons regarder un élève faire des erreurs afin d'adapter ses défauts et le rendre fort plutôt que de lui inculquer des dogmes de techniques qui ne lui serviront à rien à part s'il a une mémoire colossale et encore pendant un stress intense on ne sait plus rien du tout.
De la pratique à la théorie, aller au plus proche de la réalité, se connaître. C'est là un apprentissage qui change un être.
Un élève m'a dit : « j'ai essayé toute ma vie de me défendre et maintenant j'ai arrêté de prendre des coups j'attaque la vie je combat tout ce qui pourrait me faire souffrir. Je ne me relève plus, je reste debout et j'avance comme un guerrier. »

 

  TARIFS 

300€ pour les anciens élèves 

330€ pour tous les cours à l'année (soit 110€ par trimestre) 

250€ pour les enfants et les adolescents

270€ pour les étudiants 

 40€ la licence
(assurance spéciale sport de combat)

 

 

  Instructeurs 

 Melody Malatesta 

Eleve depuis 2003
Professeur depuis 2013 
Niveau 1 KravMaga ILS en Israel 2017 
Troisiéme Dan en 2017
Vice championne de France en catégorie mixte élite 2014
Ceinture noire en 2013
Coach certifié FFKDA (fédération française de karaté et DA)
Arbitre de ligue
Arbitre juge niveau B
Tir sportif
Judo à la féderation Police
Instructeur fédéral de la FFKDA
MAM Moniteur Arts Martiaux
Niveau 1 KravMaga ILS en Israël
Instructeur Police Judiciaire Nice
Consultante Police Municipale aide aux victimes
CQP (certificat de qualification professionnelle) 

 Nathalie Boursier 

9 Ans de pratique
Ceinture noire 2ème Dan (FFK) obtenue en 2017
Niveau 1 Krav Maga ILS en Israel 2017
Double médaillée d'or Championnat de Ligue 2017
CQP Moniteur Arts Martiaux en 2018
Pratique du Mastro Defence System (Silat)
Pratique du Kali Eskrima
Pratique du Grappling
PSC1 renouvelé en 2018